Témoignages

Ici je vous présente quelques travaux des patients et des personnes qui ont participés aux sessions individuelles et aux ateliers.

Sa valeur principale est intérieure et subjective, mais je pense que quelques images peuvent aussi témoigner des changements que le sujet ressent et la richesse de son expérience.

 Plus de témoignages 

1: L’arbre , symbole de mon être

Le 6 décembre avec mes deux filles , nous avons participés à l’atelier d’art-thérapie :

L’Arbre, symbole de mon être.  Guidé par Donatienne à la Pousa.

Simple d’écrire, plat à lire, facil à comprendre....

Dessiner, peindre un arbre.

Alors s’ouvre le rideau et apparait un voile de papier et d’eau.

La main gauche prend le pinceau, la droite le bouge et l’arbre caché apparait, se colorie de lumière, de peur , de joie, de curiosité et surprise.

L’observateur sourit, sent  chaque pore et chaque respiration.

‘’Mon précieux Body Arbre en toi  vit mon émotion et  je pressens dans ton tronc un vide sacré où se transforme mon ennui.’’

Dans l’espace créatif,  le travail que je réalise n’est pas une impression momentanée, mais un suite d’images. Les changements subtils, les traits qui se dessinent et s’effacent me font des clins d’oeil inaperçus.

Mon oeuvre s’enrichit en observant celles de mes compagnons et j’adquiers de surprenantes connaissances sur moi-même.

Le lien avec mes filles lui aussi s’enrichit en contemplant leurs peintures; dans cette forêt, elles sont mes compagnes.

Me promenant dans leur paysage je comprends le mien et celà m’émerveille.

Tout est formé d’unités de l’Unité et maintenant la phrase de Ken Wilber se révèle :

 ‘’ Voilà le but ultime de tout être vivant et conscient : l’individu ne fait qu’un avec le Tout.’’

Rosa Emilia Otero Salgueiro 

4: Mon expérience avec l’art-thérapie.


Je voulais libérer un conflit interne’’moral’’ en relation avec mon image de mère d’un jeune homme. L’art-thérapie m’a reconnectée avec mon être intérieur, par un chemin joyeux et beau, avec comme résultat un agrandissement du coeur , une plus ample compréhension de que c’est dans l’Amour que se trouve l’équilibre de tout.
Je me suis décidée de suivre les sessions d’art-thérapie car je connais Donatienne et je confie en elle comme thérapeute. Réellement l’art-thérapie m’a portée à m’ouvrir à
l’amour : De-là tout est bien, car l’amour ne juge pas et la thérapeute est là , qui t’accompagne sur ce chemin.
J’ai eu la chance de vivre deux semaines à

la Pousa

, en faisant une session chaque jour.
C’est un endroit remplit de cette merveilleuse énergie. Je sens que celà a renforcé le travail, obtenant ainsi plus que ce que je cherchais.
Bien que l’important soit le cheminement, j’ai pu expérimenter, que oui ! effectivementnous sommens des êtres céatifs et la spiritualité qui est  en moi s’exprime belle et de manière armonieuse avec cet outil .

Fátima Jimenez Cook

2: Art-Thérapie . Un phare

J’ai encore dans mon corps la sensation de paix si intense et claire que je sens lorsque je suis à la Pousa avec Donatienne.

Nous nous sommes rencontrer par hasard comme dans toutes les plus belles rencontres. Je vivais un moment dificil et sans m’en rendre compte j’ai commencé à voir cet endroit et Donatienne comme une référence, un paradis dans lequel je trouvais  la sérénité dont j’avais besoin, un paisaje magique, où et comment .... vivait une personne magique !

Sans presque parler , elle m’a transmit beaucoup; seulement en observant comme chaque objet est placé d’une manière déterminée dans la maison, dans le jardin, avec tant d’amour et  avec tant de paix.

J’ai pu participer aux sessions d’art-thérapie qui m’ont surprise et enchantée. Jamais je n’aurais imaginé que celà m’aiderait à affronter certaines situations de ma vie.

Celà est un outil de travail de plus qui m’aide à restée centrée et plus sereine.

En plus de  tout, (car je suis peintre),  et je croyais que peindre était déjà une thérapie en soi.

Oui, celà est. Mais en faisant l’art-thérapie,  il y a une différence : quelqu’un te guide. Il y a une mise au point profonde des tecniques; dont  certaines que j’ignorais.

Et le plus important est ce un moment  : pour être, s’amuser, libérer l’âme et l’esprit, prendre l’air, continuer le chemin.

Je suis très reconnaissante d’avoir rencontré cette lumère sur ma route et celle-ci m’illumine toujours, comme un phare: dans le jour et dans la nuit.

Iria Fernandez

www.iriafernandezalvarez.com


5. Bûcher partagé.


Après l’atelier de l’Arbre, j’ai senti le besoin impérieux de me reconnecter avec l’énergie ancestrale, de soigner mes racines avec concience.

Ainsi avec le printemps tout neuf, j’ai commencé les sessions  : ‘’Femmes : D’où venons-nous ?’’  à la Pousa.

Je me suis  avec la lignée maternelle-féminine et ainsi permets aux échos des battements de mes ancêtres de chanter dans mon co

En portant cette chanson dans mes mains pour la danser avec l’argile, se réveillent des feux et des larmes, des voix et des rires...

Les grands-mères, la mère et moi-même dansent en moi, m’embrassent, me regardent, me dévoilent, ouvrent leurs bras dans les miens et me murmurent des secrets...

C’est un moment magique. ! C’est un bain dans la Voie Lactée.

Je regarde et je vois. En silence elles discutent et elles rient ; je les entends chanter en se donnant des recettes de cuisine, et lorsqu’elles le désirent, elles se retrouvent autours du Feu Créatif.

De ce feu j’extrais l’énergie dont j’ai besoin, les sachant présentes, je m’enracine pour fleurir, pour donner fruit, pour obtenir le pouvoir que mes peurs enferment et retiennent.

Et surtout pour laisser échapper le rire.

Merci .

Rosa Emilia Otero Salgueiro 

http://yrosemy.blogspot.com.es/

3: Mes sessions d’art-thérapie


Bonjour. Je m’appelle Ines S.M et j’ai 47 ans. Depuis l’enfance on m’a dit que le dessin n’était pas pour moi et je ne savais comment démonter cette croyance. Pendant mes vacances, ou arrêt de travail, j’essayais de peindre et cherchais un guide mais ne trouvais pas l’endroit.

Tout arrive et c’est arrivé avec mes sessions d’art-thérapie.

Je suis en arrêt laboral car j’ai eut un cancer et j’utilise cette situation et la chance du groupe pour pouvoir participer à celles –ci qui m’ont parues merveilleuses.

Toutes les expectatives ont été couvertes et dépassées. J’ai appris beaucoup plus et plus profond de ce que jamais je n’aurais imaginé. Et j’ai conquis un espace dans mon âme dont mon corps avait besoin.

En art-thérapie je ris, je me sens comme une enfant. Je mets de la couleur dans ma vie, je fais des expériences nouvelles avec les textures et les sensations. J’apprends la tecnique mais ce qui m’impressionne le plus est : LA SURPRISE.

J’ai découvert que je n’arrive pas à créer ce que mon mental commande mais que ce qui surgit est merveilleux. La première intention ne me mène nulle part car ce qui reste sur le papier a sa propre vie. Celà est différent et je ne sais d’où celà vient , ni comment ai-je été capable de le faire.

Je suis enchantée des expériences avec toutes les tecniques et heureuse de conquérir des  merveilleux outils.

Je me détends, j’ai gagné une forme d’expression qui me remplit et me transforme. Je suis fière de perdre la peur d’arriver à la perfection.

Je ne savais rien du monde de la couleur et les subtilités des mélanges d’acuarelle, si douces, sensuelles, sugestives et dinamiques me passionnent.

Le fusain m’enchante par sa texture et ses révélations.

En essayant de donner forme ou de peindre un paisaje je me ‘’ trompe ‘’ ; je souris du résultat qui sort du subconcient. La réalité apparait comme elle le désire et non comme je l’imagine.

D’autres réalités existent et celà  me fait énormément de bien.Tout est beau lorsque  existent le rytme et le sentiment.

J’ai beaucoup aimé la réalisation et la mise en commun des oeuvres avec le groupe. C’est impressionant la variété de réalités qui se présentent à partir d’une même proposition.

J’observe que je commence toujours le travail en analysant, systématique, scientifique et  analitique comme je fonctionne. Et je termine ‘’ relax’’, surprise, percevant ma douceur et une nouvelle personnalité dans mes peintures. Qui suis-je ? Où étais-je ? Où suis-je ?

L’espace est très important. La concentration et le silence sont fondamentaux pour donner sortie au subconcient et que de là puisse  émerger ce qui est à l’intérieur de chacun de nous.

Je sais que la maladie vient car mon âme n’est pas heureuse avec le corps.

Mon destin en cette vie n’est pas de ne pas être moi-même.

J’ai besoin de me reconnaitre car je me suis laissée manipulée par le système, par la famille, les coyances... et je n’avais plus de critères propres. J’ai récupéré la foi en moi-même et j’ai confiance à nouveau

Merci Eomaia